something more valuable than gold…

Internet, une machine à rêves… ou pas.

Prenons l’exemple de cette Chinoise qui vend son temps sur Internet.
De ce que je comprends, elle propose des services variés à qui est prêt à mettre la main à la poche. Officiellement, elle propose son « temps », mais si l’on en croit l’article, les missions qu’elles auraient accepté jusqu’à maintenant étaient de « prendre un café » ou « assister à une fête d’anniversaire ». Ça me paraît pas super sain tout ça…

Il y a une chose qui me vient à l’esprit lorsque je lis ce genre d’article, c’est que le temps est aujourd’hui une denrée si rare qu’elle se monnaye. Oh, bien-sûr, cet exemple n’est pas des plus probants. En effet, sous couvert de « vendre du temps », cette chinoise ne fait que proposer des services à la personne (en tout bien tout honneur… jusqu’à maintenant, mais c’est une autre histoire).
Mais ce que je voudrais vraiment relever, c’est le fait que de nos jours, tout est fait pour nous faire soit-disant gagner du temps, et ce sont notamment les nouvelles technologies qui s’y collent (Internet mobile en 3G pour avoir ses mails plus rapidement, possibilité de faire livrer ses courses chez soi pour éviter de perdre du temps dans les magasins, sites de rencontres permettant de discuter avec plusieurs personnes en même temps…). Mais pas seulement (entreprises spécialisées dans le service à la personne, par exemple).

Le temps est aujourd’hui devenu si précieux, notamment pour les jeunes loups citadins trop accaparés par leur boulot, qu’il est devenu aujourd’hui un argument marketing. « Plus vite », « plus rapide », « en moins de xx heures », etc. Nous n’avons plus le temps de rien. Les jeunes cadres dynamiques (dont je fais encore partie) ont des emplois certes rémunérateurs, mais à quel prix (sans mauvais jeu de mots) ?

Deux exemples : Mon entreprise dispose désormais de ce qu’on appelle une conciergerie. Celle-ci s’occupe des tâches que vous n’avez pas le temps de faire hors de votre lieu de travail (comme le pressing). À l’américaine. Passer plus de temps sur son lieu de travail, c’est le bien. Prendre plus de temps pour soi, c’est le mal.
Autre exemple : j’entends cette semaine mon chef s’exclamer « ah moi si j’avais davantage de temps libre, je ferais…[j’ai oublié la fin de la phrase] ». Le temps, toujours le temps.

Alors il me vient une idée. Plutôt que de nous proposer une augmentation pour acheter des trucs dont on ne sait pas toujours quoi faire, pourquoi ne pas nous proposer davantage de temps libre ? Ah je sais, parce que ce n’est pas politiquement correct, parce qu’il faut tout donner pour son entreprise, parce que sinon on donne l’image que l’on n’est pas motivé par son job.

Mouais, ben moi je le dis haut et fort, plutôt que de gagner 60 000 euros par an, je préférerais n’en gagner que (disons) 50 000 et avoir un mois de congés en plus. Ça me paraît honnête, non ?

NB : Je précise que je suis très loin des 60 000 euros par an, voire même des 50 000. Parce que bon, faut pas charrier non plus !

Publicités

2 Réponses to “something more valuable than gold…”

  1. yael Says:

    « Plutôt que de nous proposer une augmentation pour acheter des trucs dont on ne sait pas toujours quoi faire, pourquoi ne pas nous proposer davantage de temps libre ? »

    les 35h? les RTT? c’est le principe non?

    sinon absolument d’accord tu t’en doutes, travaillons moins pour gagner plus. 🙂

    yael, employée absolument pas impliquée.

  2. iSeb Says:

    -> Yael : Ouais, alors pour moi les RTT ne sont rien d’autre qu’une légende urbaine. C’est bien simple, j’en ai jamais vu la couleur, que ce soit en stage ou depuis que je suis jeune cadre (vraiment pas) dynamique. Les 35h, quand on arrive au Jeudi soir, elles sont déjà faites. Je suis payé au nombre de jours, pas au nombre d’heures (sont pas cons les RH de ma boîte).

    Le sens de mon propos, c’était davantage dans la multiplication des sources de revenus. Le fait que ton activité principale te laisse du temps libre te permet d’avoir des activités secondaires qui elles-mêmes pourraient s’avérer rémunératrices, en plus de t’intéresser davantage que ton job principal. Donc pour moi, c’est pas forcément travailler moins pour gagner plus (encore que je suis pas complètement contre !), c’est davantage diversifier ses activités, pour ne pas complètement être pris au dépourvu si jamais l’une d’elles devait cesser.

    Bon mais si tu me payes des dizaines de milliers d’euros à rien foutre, je prends hein, je suis humain quand-même !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :